Création sélectionnée dans le cadre du dispositif de la FAC, Fabrique Des Arts du Cirque édition 2020 / 2021

Je te tiens est une invitation à jouer, à se confronter au hasard, c'est aussi un doux mélange entre contrainte choisie et imposée.

Artistes, Loïc Aubet et Chine Lefèvre

Regards extérieurs,Yannick Durand-Gasselin, et Pierre Chartier

Le travail de la compagnie s'inspire du théâtre physique, du clown pour qui la contrainte est un art, d'acteurs du cinéma muet tel que Buster Keaton, qui met ses talents de cascadeur acrobate au service de l'absurde. Nous utilisons la contrainte comme outil de création, elle révèle l'instinct de survie et permet de découvrir de nouveaux axes. Se lier les mains avec du scotch, faire des portés en talons aiguilles, avoir recours à des jeux de hasard pour déterminer nos costumes, autant de contraintes qui nous rendent vivants.

Nous créons d'abord à partir de nos corps et grâce aux improvisations desquelles ressortent des idées que l'on développe, que l'on coupe, que l'on jette, que l'on superpose, que l'on change, que l'on repêche... 

 
 

Je te tiens

Si tu ne me tiens pas, je tombe et si je te lâche, c’est la chute assurée.

(création 2019/2020/2021) 

Deux baroudeurs venant d’autre part avec leurs sacs sur le dos.

Ils arrivent simplement là, chez eux ?

Ils se défient, se connaissent par cœur, un “Cap ou pas cap ?” peut naître d’un seul regard.

Ils laissent les jeux prendre place dans leur scène de vie.

Oscillant entre le silence et le cri, la vrai peur et le plaisir de l’adrénaline, la confiance et la méfiance.

Ils se moquent du hasard, ils le cherchent, le charrient, le provoquent.

Ils chavirent d’émotions. Parfois submergés, maîtres de rien, mais fous de tout.

Je te tiens est l'approfondissement de la recherche autour des jeux,

de la contrainte, du hasard et de l'intéraction avec le public. 

 
 

Chine Lefèvre

Trapèze fixe, danse voltige, portés acrobatiques

Le cirque démarre sur un trapèze dans l'atelier de sculpture de son père.

Après un bac littéraire option théatre et des années de trapèze fixe, Chine s'oriente vers la pédagogie des arts du cirque à Zépétra. Elle redécouvre les acrobaties au sol, les équilibres sur les mains et les portés acrobatiques. La rencontre de Franck Michel (Cie Les Arts Sauts) lui confirme son envie de faire du spectacle.

En septembre 2013, Chine participe au festival "Armada 2013", deux mois de tournée en voilier avec la FAAAC (Fabrique alternative et autogérée aux arts et à la création). Elle fait partie du spectacle "The force" mis en scène pas Johan Swartvagher (Collectif Protocole). Elle continue le projet bateau spectacle aux canaries et au Cap vert.

En 2014, Chine entre en formation au Salto. Ses spécialités deviennent l'acrobatie et le main à main avec comme intervenant Otto (Cie XY), Jean Reibel et Pierre-Jean Bréaud (Cie le doux supplice de la planche). Elle se forme également auprès de Claude Victoria.

De 2015 à 2017, elle intègre l'école de cirque loisir Ska barré à Apt et continue sa formation avec Antoine Prost (Cie du Courcirkoui) et Stéphane Ode (Fratellini)

Elle participe à des déambulations et des spectacles avec la Cie du Courcirkoui .

Loïc Aubet

Mât chinois, portés acrobatiques

Intègre en 2006 le centre des arts du cirque Piste d'azur, où il se forme au Mât chinois auprès de Yann Laforge, artiste du "Cirque Farouche ZANZIBAR" (première génération de Mât Chinois au CNAC) et découvre en parallèle les arts dramatiques et chorégraphiques.

En 2007, il rentre à l' ECL, école de cique de Lyon, où il continue le mât chinois et apprend le jeu corporel avec Johan Lescop, metteur en scène de la "Cie Lapsus" et le clown Christophe Guétat de la "Cie Les veilleurs".

Suite à cette formation, il travaille en 2008 pour la Cie Quidams, où il est marionntetiste dans le spectacle "Rêve d’Herbert".

En 2009, poussé par le goût du jeu, du clown et de l'aventure, il part au Chili.

Il rencontre los artistas callejeros (les clowns de rue) et travaille pour "Royal de luxe" en 2010 sur le géant.

De retour en France, il s'investit dans la Cie du Courcirkoui et en 2014, il prend part à la création collectice "Y a du cabaret dans le courcirkoui", un cabaret déjanté nourri de burlesque.

En 2017, il rejoint le Collectif Kaboum, dans "systeme D", sextet de portés acrobatiques.

LES ARTISTES

 

PAHASKA PRODUCTION​ Jacou / Occitanie / France

Licence Production, 2-1111119  -  Licences Diffusion, 3-1111120  -  Siret, 508 946 027 00028 -  APE, 9001 Z  -  TVA, FR 87508946027

© 2020 by PAHASKA PRODUCTION. Proudly created with Wix.com